Un exemple à suivre : une infirmière clinicienne par service au CHU d’Amiens-Picardie


Recentrer l’infirmière sur son coeur de métier, promouvoir la démarche de raisonnement clinique, favoriser l’enrichissement personnel et professionnel à travers les échanges entre experts cliniciens : tels sont les objectifs du CHU, qui a affecté une infirmière clinicienne dans chacun des 47 services.

Soucieux de reconnaître l’expertise des infirmières les plus chevronnées, Philippe Domy, Directeur général du CHU d’Amiens-Picardie, a pris l’initiative de nommer dans chaque service des infirmières cliniciennes. Fruit d’une réflexion collective, cette réorganisation ouvre la voie à une véritable valorisation de l’exercice infirmier.

Plusieurs rapports, comme celui de Yvon Berland, ont insisté sur la nécessité de reconnaître et de valoriser l’expertise infirmière en pratiques avancées. Les professionnels infirmiers eux-mêmes demandent la création de ce nouveau métier.

Si la réflexion se poursuit du côté des pouvoirs publics, certains responsables hospitaliers se sont d’ores et déjà engagés dans la démarche. Philippe Domy fait partie de ceux-ci. « Pour promouvoir les soignants, il faut actuellement les éloigner des patients alors que nous avons de plus en plus besoin d’expertise en soins », explique-t-il. Sur le plan statutaire, la seule promotion qui s’offre actuellement aux infirmières consiste à passer cadre de santé.

« Je suis de fait un ardent défenseur auprès des pouvoirs publics de la reconnaissance des infirmières cliniciennes », ajoute le Directeur général. En attendant cette évolution des métiers de l’hôpital, Philippe Domy a choisi de réorganiser les processus de soins avec des infirmières cliniciennes.

Des infirmières cliniciennes en position ressources

Les infirmières cliniciennes, choisies et nommées après un entretien de motivation et sur avis de la coordination générale des soins, ont été intégrées dans l’organigramme fonctionnel du CHU. Membres de l‘équipe, de part un exercice soignant quotidien, ce sont essentiellement des professionnelles qui ont de l’expérience et sont capables de recul. Elles ont suivi une formation complémentaire.

L’effectivité de leur fonction, qu’il s’agisse la prise en charge de la douleur, des soins palliatifs, du soutien relationnel, de l’éducation thérapeutique ou encore des consultations infirmières et d’annonce, est reconnue au sein des unités de soins du CHU. Les protocoles font référence à l’expertise des infirmières cliniciennes.

A ce jour, une infirmière clinicienne a été affectée dans chacun des 47 services, l’objectif étant de parvenir à un effectif d’une infirmière clinicienne par unité de soins. « Ces infirmières cliniciennes se positionnent comme des professionnelles ressources, référentes et vecteurs clés des valeurs partagées par les soignants », précise le Directeur Général.

Une aide précieuse pour la V2010

Ainsi, elles suscitent auprès de l’équipe le questionnement et la réflexion pour favoriser l’enrichissement du jugement clinique collectif. Au sein de l’institution, elles participent à différents groupes de travail et d’évaluation sur les prises en charge.

« Leur fonction est particulièrement précieuse à un moment où nous préparons la certification V2010 », estime Philippe Domy. Reconnues par leurs pairs, les infirmières cliniciennes en lien avec le cadre de santé sont aussi des relais d’informations pour expliquer de nouvelles organisations de travail et accompagner le changement.

Descriptif et mise en oeuvre

Objectifs
– Recentrer l’infirmière sur son coeur de métier
– Promouvoir la démarche de raisonnement clinique en maintenant un exercice infirmier quotidien et en favorisant l’enrichissement personnel et professionnel à travers les échanges entre experts cliniciens

Méthode

Positionner l’infirmière clinicienne comme l’un des vecteurs clés des valeurs partagées portées par les soignants :
– auprès du patient dans la prise en soins
– auprès de l’équipe en suscitant le questionnement et la réflexion pour favoriser l’enrichissement du jugement clinique collectif
– au sein de l’institution par la participation au groupe « Evaluation du système ciblé »

S’appuyer sur un concept sociologique qui définit l’expertise comme un équilibre à trouver entre la profession et la position d’expert. Une réflexion collective échelonnée sur 18 mois associant directeurs de soins, cadres supérieurs de santé et infirmières cliniciennes au travers de groupes de travail.

Bilan, conclusions provisoires et perspectives d’évolution

– Définition des missions de l’infirmière clinicienne (profil de poste)
– participation des infirmières cliniciennes à des groupes de travail sur les transmissions ciblées, la qualification des soins relationnels et éducatifs
– constitution d’un groupe d’échanges entre infirmières cliniciennes, supervisé par un cadre supérieur de santé
– élaboration d’un questionnaire de satisfaction auprès des cadres de santé
– organisation d’une demi journée institutionnelle de communication avec des retours d’expérience
– diffusion de situations cliniques via le réseau Intranet de l’établissement

la concrétisation de la fonction dans :
– la prise en charge de la douleur
– les soins palliatifs
– le soutien relationnel
– le renforcement des stratégies d’adaptation
– l’éducation thérapeutique
– la consultation infirmière et d’annonce

Chef de projet et structure de suivi : Anne Fumery – Direction des soins

Source : www.creer-hopitaux.fr

This entry was posted in Non classé and tagged , , , , , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.